Philippines - Bohol (2)

J29 - jeudi 07 février 2019 - Loboc - Tagbilaran

Distance parcourue : 50,51 Km - Moyenne : 12,17 Km/h

Dénivelé montant : 487 m - Pente montante Maxi : 10 %

Dénivelé descendant : 472 m - Pente descendante Maxi : 12 %

Altitude départ : 5 m - Altitude arrivée : 20 m - Altitude Maxi : 136 m

Heure de réveil : 7h00 - Heure de départ : 8h19 - Heure d'arrivée : 16h15

https://www.bikemap.net/fr/r/4761082/#/z12/9.6569068,123.928105/google_roadmap

Un concert de coqs me réveille ce matin vers 6 heures. Je ne me suis pas couché très tôt hier et j’ai mis le réveil à 7 heures. Il est inutile de partir tôt aujourd’hui car Tagbilaran n’est qu’à une trentaine de kilomètres par le chemin le plus court. En prenant les chemins à rallonges il doit être possible d’ajouter une dizaine de kilomètres mais dans le deux cas cela fait un parcours plutôt court. Je reste donc au lit et je réussis à dormir encore un peu jusqu’à ce que le réveil sonne.

La maison est bien pratique pour charger le vélo, il n’y a que cinq marches et toute la place nécessaire. Je mange quelques fruits et grignote quelques biscuits assis sur le banc face à la campagne. Le cadre est superbe et tout est très calme mais toutes les choses ont une fin et je quitte la maison vers 8h20. Il n’y a personne en vue mais j’ai tout laissé en ordre avec la clé sur la porte. C’est là qu’elle était lorsque je suis arrivé.

Je décide de commencer le parcours par la route que j’avais prévue de suivre hier pour rentrer des « chocolate hills ». Elle part dans la bonne direction et ne doit pas beaucoup allonger la distance. Après avoir traversé la rivière Loboc je visite un peu l’autre rive. Il n’y a pas grand-chose à part les bateaux sur lesquels on peut faire une petite croisière, repas compris, sur la rivière Loboc.

Le parcours du jour est un peu vallonné avec la plus grosse montée entre le kilomètre 2 et le kilomètre 7 environ. Il y a très peu de nuages et beaucoup de soleil aujourd’hui. Il fait donc très chaud et je modère mes efforts pour ma ménager. Je fais la pause petit déjeuner au kilomètre 10 environ et cette pause à l’ombre est la bienvenue.

Je quitte la route principale vers le kilomètre 20 pour suivre une petite route tranquille qui part vers le sud et rejoint la route de la côte à Baclayon. C’est encore vallonné et il fait encore chaud. Baclayon possède une église dont la construction aurait commencé en 1602 et qui serait la plus ancienne église catholique des Philippines. Je parle au conditionnel car tout le monde n’est pas d’accord sur la date de début de construction. Cette église a été très endommagée par le tremblement de terre de 2013 mais cela ne se voit pas actuellement de l’extérieur. Je n’ai pas visité l’intérieur et je ne sais pas si on peut la visiter actuellement. A côté de l’église il y a un musée que je n’ai pas visité non plus.

https://www.petitfute.com/v40899-tagbilaran/c1173-visites-points-d-interet/c925-edifice-religieux/77377-eglise-de-baclayon.html

http://www.derevesetdescales.com/carnet-de-voyage/asie/philippines/l-eglise-de-baclayon-ce-quil-en-reste/

http://aellen.name/philippines2011/pages/page_339.html

A la sortie de la ville ou à l’entrée de Tagbilaran (les deux villes sont proches) il y a un très petit site pas signalé du tout le « blood compact site ». C’est un petit monument avec les statues des personnages qui ont participé à un événement important pour les Philippines et même probablement au-delà puisque certains avancent que ce serait le premier traité d’amitié entre deux races, religions, cultures et civilisations différentes. Le pacte de paix entre Sikatuna, chef de Bohol, et le conquistador De Lagaspi aurait consisté à ce que chacun boive une coupe de vin mélangé avec du sang de l’autre. Réalité ou légende ?

https://en.wikipedia.org/wiki/Sandugo

https://www.bohol-philippines.com/blood-compact-site.html

Je fais ensuite un tour dans Tagbilaran pour repérer les hôtels et aussi me restaurer et me rafraichir car il fait vraiment très chaud. Je passe devant la cathédrale Saint Joseph. Il y a un office mais j’y entre quand même car les églises et autres grands bâtiments en pierre sont souvent frais. C’est le cas de la cathédrale. Je reste sur un bord car je ne veux pas perturber l’office en cours. Il est d’ailleurs presque finit, après avoir applaudi les gens quitte la cathédrale. Je fais de même et je continue ma recherche d’hôtels. Il y a un GV hôtel qui semble bien. La rue qui passe devant est en travaux et interdite aux voitures mais les motos y passent. Il est encore tôt et je n’entre pas à l’hôtel car je veux d’abord faire un tour sur l’île de Panglao pour voir si je peux trouver un hébergement à prix abordable.

Je trouve sur ma route un restaurant frais à ma convenance. Il est envahi par des collégiens et pas très calme. Peu importe, c’est frais et j’ai besoin de fraicheur, il y a à manger et j’ai faim, il y a à boire et j’ai soif. Je me mets donc dans la file avec les autres, très majoritairement des adolescents, et je commande un plat dont je ne me souviens plus du nom. Ce sont des nouilles très fines avec un morceau d’œuf et d’autres choses. Je trouve cela très bon et j’y ajoute deux verres de thé glacé (30 pisos le plat et 12 pisos le verre de thé glacé).

Je prends ensuite la direction de Panglao. Le tour de l’ile fait environ 45 kilomètres mais je n’ai pas l’intention de le faire aujourd’hui. Lors de la préparation du parcours j’ai « coché » un hôtel qui est à environ 4 kilomètres du pont. Les autres sont à l’autre bout de l’île et je n’ai pas l’intention d’y aller aujourd’hui.

J’arrive rapidement devant l’hôtel qui est dans un endroit plutôt désert. Je continue sur la petite route qui se termine dans la mer. Il y a une plage et quelques bancas mais rien pour manger ou boire. L’emplacement de l’hôtel ne semble pas être idéal pour un cyclo-voyageur mais je m’y arrête quand même pour demander le prix des chambres. Le prix commence à 900 Pisos mais l’hôtel est complet aujourd’hui. Je ne pense pas que je serais resté ici s’il y a avait eu des chambres libres mais puisque c’est complet je n’ai même pas à me poser la question.

Cet hôtel fait aussi restaurant et pendant que je me renseigne deux clients viennent payer leur note. Je les entends vaguement parler entre eux. Ils sont père et fils et français. Il y a aussi la mère mais elle est restée dans la chambre pour se reposer. J’avais commandé une bière avant qu’ils arrivent et eux commandent un café. Je vais donc terminer ma bière à leur table et nous discutons un moment. Le moment dure peut-être plus longtemps qu’ils ne l’auraient souhaité. Ils ne me connaissaient pas et ne pouvaient donc pas imaginer le danger qu’il y a à démarrer une conversation avec moi. Je leur ai laissé l’adresse du site de voyage. Alors, un petit message à leur intention s’ils me lisent: « Désolé si j’ai abusé de votre temps ».

Il ne me reste ensuite plus qu’à revenir au GV Hôtel. Les chambres simples avec ventilateur sont à 475 Pisos mais elles sont toutes prises. Il reste par contre des chambres doubles aussi avec ventilateur et douche froide à 650 Pisos. Cela me convient et je réserve pour deux nuits. La chambre est au cinquième étage (quatrième en France) sans ascenseur. Elle est grande et propre comme l’ensemble de l’établissement. Le wifi (lent) passe dans la chambre. Le vélo restera dehors sur les places de stationnement devant l’hôtel.

Demain je pense faire un tour de l’île de Panglao avec bagage léger. Je pense que j’aurai l’occasion de me baigner et j’espère qu’il fera aussi beau qu’aujourd’hui. Il faudra aussi que je trouve une boutique capable de recharger mon compte Globe qui arrive à expiration demain à 20h35min36sec. Ce doit être facile à trouver mais il faut que je pense à en repérer au moins une le matin en partant.

 

J30 - vendredi 08 février 2019 - Tagbilaran – Tour de Panglao - Tagbilaran

Distance parcourue : 50,45 Km - Moyenne : 14,03 Km/h

Dénivelé montant : 170 m - Pente montante Maxi : 5 %

Dénivelé descendant : 170 m - Pente descendante Maxi : 11 %

Altitude départ : 20 m - Altitude arrivée : 20 m - Altitude Maxi : 54 m

Heure de réveil : 7h30 - Heure de départ : 10h40 - Heure d'arrivée : 15h55

https://www.bikemap.net/fr/r/4762026/#/z12/9.5978688,123.79873/google_roadmap

L’hôtel est dans un quartier plutôt calme et Tagbilaran n’est finalement pas une ville très bruyante. J’ai donc passé une très bonne nuit et c’est le réveil qui m’a tiré du sommeil à 7h30. Je profite de cette journée avec un programme léger pour me reposer un peu. Un commerce en bas de l’hôtel vend de l’eau chaude 2 ou 3 Pisos le gobelet suivant la personne qui sert. Je me suis fait deux infusions hier et je remets ça ce matin. J’ai des biscuits et des fruits  et cela me permet de faire un petit déjeuner assez proche de celui que je prends lorsque je suis chez moi.

La fenêtre de la chambre donne sur la rue en travaux et je regarde les hommes au travail tout en prenant mon petit déjeuner. Cela ne semble pas très facile car les fils des réseaux électrique et téléphone gênent la pelleteuse et les camions. Le réseau d’eau pose aussi problème mais le pelleteur s’en sort plutôt bien avec cela. Je ne le vois arracher qu’un seul tuyau sur la multitude qui dessert les maisons. Cela ne  semble d’ailleurs pas poser de problème car il y a une personne pour réparer. Il commence par obturer le coté d’où l’eau arrive puis il rajoute un morceau avec deux manchons lorsque les travaux d’extraction ne présentent plus de risques à l’endroit où se trouve le tuyau. Il y a aussi deux coffreurs qui travaillent sans relâche malgré la chaleur. Lorsqu’ils ont terminé les coffrages du caniveau, c’est en cela que consistent les travaux, ils décoffrent ce qui a été coulé (hier probablement) et transportent les coffrages sur la tête à l’autre bout de la rue où le caniveau est ferraillé et attend d’être coffré. Je suppose que demain ou après-demain ils feront le chemin inverse pour venir coffrer le caniveau que la pelleteuse est en train de creuser. Ce n’est pas une organisation qui ménage la peine des hommes mais cela semble efficace.

Je quitte l’hôtel en direction de Penglao vers 10h40. C’est plus nuageux qu’hier et il fait moins chaud. Il y a deux ponts assez proches l’un de l’autre pour passer de Tagbilaran à Penglao. Je prends le même pont qu’hier et je suis la route nord. Il y a trois routes principales qui traversent l’île. Une au nord, une au sud et une au milieu. Il y a des petites plages un peu partout sur l’île mais les principales, si les cartes Google sont exactes sont sur la côte sud de Panglao. Les plus grandes seraient White beach et Alona beach. Je ne me préoccupe donc pas des petites plages de la côte nord et je pousse jusqu’au bout de l’île. Doljo et Danao beach ne sont pas facilement accessibles. Par contre un chemin conduit à l’extrémité Ouest de Alona beach et il y a un escalier en béton qui permet de descendre sur la plage. Il est environ 14 heures lorsque j’y suis. J’ai mangé à ma faim et bu à ma soif. Je peux donc envisager sereinement une petite baignade. Je laisse mes affaires dans l’unique sacoche que j’ai prise aujourd’hui et après l’avoir cadenassé et attaché le vélo à une barrière je descends à la plage. Il n’y a pas beaucoup de monde malgré la présence de nombreux hôtels à proximité. La majorité des baigneurs sont des occidentaux mais il y a aussi des pêcheurs philippins qui préparent leurs bateaux ou qui rentrent de la pêche. L’eau est chaude et la plage est plus agréable qu’à Anda. Il y a aussi quelques pierres dans le sable mais elles sont plus rares et surtout il y vite assez de profondeur pour nager. Après environ une heure, temps de baignade et de séchage, je prends le chemin du retour à Tagbilaran.

Le parcours est peu moins plat que sur l’autre cote mais cela reste très facile. J’arrive à Tagbilaran par le deuxième pont qui est aussi celui qui est le plus éloigné de l’hôtel GV. Avant de rentrer à l’hôtel je recherche une boutique « Globe » sur Google maps. Il semble y en avoir une dans un centre commercial pas loin de l’hôtel. Je mets un peu plus temps que prévu pour y aller car Google veut me faire emprunter des sens interdits. C’est peut-être normal que Google ne connaisse pas les sens de circulation aux Philippines car je n’ai encore pas vu un seul panneau de sens interdits. Les voies à sens unique sont juste indiquées par une petite pancarte placée sur un socle déplaçable qui indique « no entry ». De l’autre côté c’est marqué « exit only ».

J’arrive quand même à destination. Il y a un parking gardé et payant pour les motos. Je demande au gardien quel est le prix pour le vélo. Tout va bien, c’est gratuit pour moi. Je profite de l’occasion pour lui demander s’il y a une boutique « Globe » dans le centre commercial. Il y en a bien une et je la trouve rapidement. Comme prévu le tarif pour obtenir quatre nouveaux gigas valables 30 jours est de 600 Pisos. C’est le même que lorsque j’ai acheté la carte SIM. Je pense que je pourrais faire la manipulation moi-même car il faut acheter des cartes à gratter et envoyer le code de validation à un numéro. Je n’ai pas bien regardé ce que la vendeuse faisait mais comme il y avait deux cartes à gratter, une de 500 Pisos et une de 100 Pisos, elle s’y est prise en deux fois. Il y a peut-être aussi d’autres codes à faire pour obtenir le « bonus » qu’ils appellent « Go Watch And Play ». J’avais eu deux Gigas de « go watch and play » en plus des 4 gigas de « datas » la première fois. J’ai terminé avec 1,10 Giga de « go watch and play ». Ces données, que je pensais réservées aux jeux, me servent donc quelques fois mais je ne sais pas quand je « pioche » dedans plutôt que dans les « datas ». Je pense aussi que les « datas » et le « go watch and play » non utilisés sont reportés sur le mois suivant car j’ai maintenant 4,56 Gigas de « datas », 3,10 Gigas de « go watch and play » (et aussi 1 Giga de « video »). Les 0,56 Giga de « datas » et 1,10 Giga de « Go Watch And Play » correspondent bien aux données restantes au moment du rechargement.

Le soir je mange au Mac’Do deux assiettes de spaghettis (50 pisos l’assiette de spaghettis avec sauce et quelques morceaux de saucisses). Je me suis installé à côté d’une fenêtre et un enfant d’une dizaine d’année maximum me fait des gestes qui montrent qu’il a faim. Je lui fais signe d’entrer et je commande une nouvelle assiette de spaghettis pour lui. Lorsque je reviens avec son assiette d’autres clients lui ont donné un dessert. Deux de ses copains sont maintenant à l’extérieur à le regarder manger mais ils auront aussi quelques choses car d’autres touristes leurs donnent des barquettes de frites. Je ne sais pas si ces enfants ont vraiment faim ou s’ils jouent ainsi avec les touristes mais dans le doute je préfère en faire manger au moins un.

Je suis indécis pour demain car j’avais prévu d’aller à Tubigon en passant par l’intérieur et y rester deux jours. Le premier jour j’aurais fait une visite à un point de vue peut être intéressant (ou peut-être pas) et le second jour j’aurais pris un ferry pour Cebu city. C’est ce que j’avais prévu pour faire mon extension de visa à Cebu. Comme je l’ai déjà faite à Batangas il n’est peut-être pas judicieux d’aller à Cebu City qui est la deuxième plus grande ville des Philippines. J’ai vu qu’il y avait une ligne de ferry entre Catagbatan (Bohol) et Argao (Cebu). Je pense donc toujours aller en direction de Tubigon mais en suivant la cote de façon à voir les horaires et prix de cette traversée qui pourrait m’éviter de passer à Cebu City. Il faudra par contre que je revois un peu mes parcours sur Cebu. Je pense rester encore un jour ou deux à Bohol pour visiter un peu mieux et avoir le temps de chercher de nouveaux parcours sur Cebu en évitant Cebu city.

 

J31 - samedi 09 février 2019 - Tagbilaran - Tubigon

Distance parcourue : 61,82 Km - Moyenne : 13,53 Km/h

Dénivelé montant : 331 m - Pente montante Maxi : 6 %

Dénivelé descendant : 343 m - Pente descendante Maxi : 5 %

Altitude départ : 20 m - Altitude arrivée : 8 m - Altitude Maxi : 62 m

Heure de réveil : 7h30 - Heure de départ : 9h03 - Heure d'arrivée : 16h25

https://www.bikemap.net/fr/r/4763118/#/z11/9.7997205,123.87497/google_roadmap

Je me réveille encore un peu tard ce matin vers 7h30. Avant de quitter l’hôtel je regarde sur Internet les ports qui desservent le port de Argao sur l’île de Cebu depuis l’île de Bohol. Il est assez difficile de trouver l’information mais les discussions qui parlent de ce sujet disent toutes que le port de Catagbacan ne dessert plus cette destination depuis le tremblement de terre de 2013. Certaines discussions datent de 2014 et sont trop anciennes pour être fiables mais d’autres sont de 2018 et elles disent la même chose. La seule liaison entre l’île de Bohol et le port de Argao sur Cebu partirait de Tagbilaran.

Le port n’est pas loin d’un restaurant que je connais et où je pourrais prendre le petit déjeuner. Je quitte donc l’hôtel vers 9 heures et je me dirige vers le port après avoir pris mon petit déjeuner dans mon restaurant habituel. La billetterie qui est devant l’entrée du port n’affiche pas Argao comme destination mais Cebu (700 Pisos par passager, vélo ?). Je me renseigne et c’est la compagnie Lite Ferries qui assure la liaison vers Argao. Cette compagnie a sa billetterie dans un bâtiment qui se trouve à environ 200 mètres du port. Je m’y rends et je trouve le panneau avec les horaires mais pas de prix. Il y a des gens aux guichets et je demande au portier. Il va se renseigner auprès d’un vendeur. Le prix pour le passager est de 210 Pisos et de 340 Pisos pour le vélo. Le prix total est donc de 550 Pisos auquel il faudra probablement ajouter une taxe portuaire. Je n’ai pas l’intention de partir aujourd’hui mais j’ai déjà une information sur un des moyens de traverser vers Cebu.

Je prends ensuite la route qui suit la cote en direction de Tubigon. Le terrain est facile avec juste quelques petites montées pas longues ni pentues. Le port de Catagbacan doit être au kilomètre 35 environ mais je le dépasse sans m’en apercevoir. Lorsque je m’en rends compte je suis environ 6 kilomètres plus loin à Calape. C’est un gros village et il y a des restaurants et des pâtisseries. Il est 13 heures passées et je commence à avoir faim. Je fais halte dans un petit restaurant tenu par un très jeune garçon (autour de 14 ans je pense). Le restaurant voisin est lui aussi tenu par une très jeune fille (peut-être 15 ans). Je me renseigne sur un éventuel bateau qui ferait la liaison Catagbacan – Argao. Ils ne savent pas mais ils posent la question à tous les gens qui passent par là. Ceux qui semblent savoir disent qu’il n’y a que des bateaux vers Cebu city depuis Tagbilaran et Tubigon. Je sais déjà que ceci n’est pas tout à fait exact puisqu’il y a aussi une liaison Tagbilaran - Argao 2 fois par jour. Ils ont l’air d’être sûr pas contre qu’il n’y a que des petits bateaux qui partent de Catagbacan. J’hésitais à revenir sur mes pas pour faire un tour au port de Catagbacan mais finalement je pense que c’est inutile. Toutes les informations que je reçois convergent vers le fait que cette liaison vers Argao n’existe plus depuis ce port.

La conversation via le traducteur Google français – Tagalog tourne sur d’autres sujets. Pendant que je mangeais deux hommes, dont un armé avec  une arme lourde, se sont assis à la table à côté. Celui qui n’était pas armé a reçu de l’argent d’un troisième homme qui est arrivé un peu après eux. Le percepteur a délivré un reçu et il est reparti suivi par l’homme armé. Ceci m’a un peu intrigué et j’ai posé la question à mes deux jeunes interlocuteurs. Je ne suis pas certain d’avoir tout compris mais il s’agirait d’un collecteur de dons au profit d’enfants qui n’ont pas de parents ou que leurs parents délaissent. L’homme en arme est là pour que le collecteur ne se fasse pas voler l’argent. Cette protection semble disproportionnée mais il est très fréquent de voir des gens ainsi armés aux Philippines alors ceci doit être normal ici. Je pose aussi une question au sujet des enfants qui quémandaient de la nourriture hier soir à Tagbilaran. Ce serait des enfants délaissés par leurs parents et qui doivent se débrouiller seuls pour se nourrir.

Tubigon n’est plus très loin et j’y arrive rapidement. Je passe d’abord au port et je tourne un peu pour trouver les guichets des compagnies. C’est la compagine « Lite Ferry» qui assure la liaison Tubigon – Cebu City. Le prix pour le passager est de 275 Pisos (197 Pisos pour les seniors mais pas sûr que ça marche pour moi). Le prix pour le vélo n’est pas affiché mais le guichetier me dit que c’est 220 Pisos. Il y 4 bateaux par jour. Deux le matin à 4 heures et 10 heures et deux l’après-midi à 16 heures et 22 heures. Il y a aussi deux autres bateaux de la compagnie lite ferry qui partent à midi et minuit et qui est un peu moins cher avec seulement la classe économique. Je n’ai pas l’intention de prendre le bateau aujourd’hui car je voudrais visiter encore un peu l’intérieur de Bohol demain mais je pense que je prendrai celui de midi lundi.

Ensuite je fais le tour des trois hôtels de la ville. Le premier, TMR Pension House, est en plein centre et il propose des chambres très basiques avec ventilateur à 700 Pisos. Le deuxième, Ligaya’s Pension House, est plutôt excentré et il n’a que des chambres climatisées à 800 Pisos. La chambre que je visite sent l’humidité et si je devais choisir maintenant j’irais plutôt dans le premier. Le problème est qu’aucun n’a le wifi dans les chambres et qu’il n’y a pas non plus de réception. Il faut donc être dehors devant l’abri qui sert de réception pour capter le wifi. Coté données mobiles je ne capte que du H+ dans cette ville. Depuis que je suis aux Philippines je ne peux partager mes données avec le PC qu’en 4G. En H+ j’ai un message « pas d’Internet » sur le PC. Le troisième hôtel n’est pas très loin du centre et il a un aspect sans comparaison avec les deux autres. Il y a une grande réception et des gardiens armés ainsi qu’une cour fermée pour les deux roues. Il n’a aussi que des chambres climatisées et le premier prix est à 895 Pisos. Il y a une réduction de 20% pour les seniors mais ici ça ne marche que pour les philippins. La chambre est pour deux mais plutôt petite. En plus de la climatisation il y a aussi la douche chaude. Le wifi ne passe pas dans la chambre mais il y a des fauteuils et une table à la réception où on le capte. C’est de loin le meilleur rapport qualité/prix et le prix est acceptable. Je réserve pour deux nuits mais je ne paie que la première.

Demain j’envisage d’aller à un point de vue « Sagbayan Peak ». Je ne sais pas si cela vaudra le déplacement ou non mais le meilleur moyen de le savoir est encore d’y aller. Si je change d’avis je peux toujours prendre le bateau de midi demain pour Cebu car je n’ai payé qu’une nuit pour l’instant. Beaucoup d’hôtels font payer nuit par nuit car les réservations payées d’avance ne sont pas remboursables et cela doit éviter des problèmes de clients qui annulent et ne sont pas remboursés pour les nuits payées d’avance.

 

J32 - dimanche 10 février 2019 - Tubigon – Sabayan Peak - Tubigon

Distance parcourue : 53,84 Km - Moyenne : 14,87 Km/h

Dénivelé montant : 516 m - Pente montante Maxi : 11 %

Dénivelé descendant : 516 m - Pente descendante Maxi : 9 %

Altitude départ : 8 m - Altitude arrivée : 8 m - Altitude Maxi : 281 m

Heure de réveil : 8h30 - Heure de départ : 11h31 - Heure d'arrivée : 17h50

https://www.bikemap.net/fr/r/4764320/#/z12/9.9149294,124.02763/google_roadmap

Lorsque je me réveille vers 8h30 ce matin la pluie tombe drue. Je peux attendre puisque je n’ai prévu qu’une visite au Sabayan Peak aujourd’hui et c’est à une vingtaine de kilomètres seulement de Tubigon. Il y a un distributeur d’eau chaude à l’hôtel dans une petite pièce à côté de la réception et on m’a dit hier que je pouvais me servir. Je fais donc mon petit déjeuner avec une infusion, des biscuits achetés hier dans une des nombreuses pâtisseries de Tubigon et quelques fruits.

Les averses plus ou moins fortes se succèdent presque en continu jusqu’à 10h30. C’est l’occasion pour moi de me remettre en tête la suite du parcours. Je commence aussi à regarder quelles îles ou quels parcours je pourrais ajouter à ce que j’ai préparé car je suis environ à la mi-parcours alors qu’il me reste presque les deux tiers du temps devant moi. Il ne manque pas d’îles à visiter aux Philippines mais je voudrais éviter les trop longues traversées qui conduisent à des petites îles dont j’aurai vite fait le tour. Il y a des possibilités de traversées courtes pour visiter des petites îles depuis Negros, Panay et Mindoro. J’aviserai donc lorsque je serai sur ces iles et je passerai dans les ports pour voir les liaisons existantes. Je peux aussi ajouter de nouveaux parcours dans les îles que j’avais initialement prévues de visiter. Dans l’immédiat j’ai fait l’inverse en supprimant quatre jours dans le nord de Cebu. Ces parcours ne me semblent pas avoir un gros intérêt et je les avais mis pour le cas où j’aurai dû repasser au bureau d’immigration pour récupérer mon extension de visa. Comme cette démarche est déjà faite, ils n’ont plus du tout d’intérêt.

Je quitte l’hôtel vers 11h30 et je passe en ville pour manger et faire quelques achats avant de prendre la direction de Sabayan Peak. La météo s’est un peu améliorée mais j’ai quand même droit à deux petites averses pendant le temps que je passe en ville. Une plus grosse averse m’oblige à un petit arrêt vers le kilomètre 15 environ. Il n’y a pas de maison mais je m’abrite un peu sous les branchages et je mets le kway. L’averse ne dure pas et je peux reprendre la route. Toute cette journée aura été une alternance d’averses, petites ou grosses, et de soleil qui cogne fort.

J’arrive à Sagbayan Peak vers 14 heures. Pour accéder au site il faut payer 50 Pisos de droit d’entrée. C’est un endroit bien aménagé et bien entretenu. Il y a un restaurant, un parc de jeu pour les enfants avec en décor des personnages de Disney et une serre avec des papillons. Pour entrer dans la serre des papillons il faut payer 10 pesos. Je ne l’ai pas visitée car on voit les papillons de l’extérieur et je n’ai pas trop été convaincu de l’importance de cette visite par ce que j’ai vu. Le site est entouré de quelques collines identiques à celles que l’on voit des « chocolate Hills » mais elles sont moins nombreuses ici. Ce n’en est pas moins beau car il y a la vue sur l’océan en même temps que sur les collines.

Je rentre sur Tubigon par une petite route bien agréable. J’arrive en ville une quinzaine de minutes avant la nuit et j’achète mon repas du soir avant de rentrer à l’hôtel pour ne pas avoir à ressortir ce soir.

Demain je pense prendre le ferry pour Cebu à midi. La traversée ne doit pas être bien longue et j’ai prévu de passer au moins une nuit dans la ville. Cebu city est une grande ville et je ne sais pas si la circulation en vélo y est facile ou non. Si c’est acceptable je resterai peut-être une ou deux nuits de plus car il y a un temple Taoiste (altitude 300 mètres) et un point de vue sur la ville (altitude 650 mètres) qu’il serait intéressant de visiter avec un chargement léger.

 

Ajouter un commentaire