Philippines - Negros (1)

J41 - mardi 19 février 2019 – Dumaguete repos et petite visite de la petite ville

Distance parcourue : 7,77 Km - Moyenne : 8,63 Km/h

Dénivelé montant : 11 m - Pente montante Maxi : 2 %

Dénivelé descendant : 11 m - Pente descendante Maxi : 2 %

Altitude départ : 6 m - Altitude arrivée : 6 m - Altitude Maxi : 9 m

Heure de réveil : 8h30 - Heure de départ : 12h30 - Heure d'arrivée : 17h00

J’ai réservé ce jour pour le repos et pour passer un peu de temps à la préparation de parcours supplémentaires. Je passe donc la matinée à l’hôtel où le wifi fonctionne bien ce matin à regarder les possibilités autour de Dumaguete.

Il y a un marché le mercredi à Malatapay. Il y a parait-il un marché aux bestiaux qui peut être intéressant et sinon des étals avec des babioles made in China comme on en trouve partout dans le monde. Ce marché sera donc ma destination pour demain.

Malatpay est aussi à côté du port d’où partent les bateaux pour Apo. Je regarderai les prix et les horaires mais cette île est très petite, il n’y a de l’électricité qu’à certains endroits et seulement quelques heures le soir et il ne semble pas y avoir de route. Ce serait éventuellement une visite à faire sur une journée en laissant vélo et bagages dans un hôtel sur Negros proche du port de départ si possible. Je n’ai pas retenu cette visite pour l’instant mais je regarderai demain les bateaux et les hôtels.

Le reste des possibilités autour de Dumaguete sont des chutes et des lacs mais j’avais déjà prévu ces itinéraires et ces visites qui pourraient occuper deux journées.

L’ile de Siquijor est proche et les bateaux qui y conduisent partent du port de Dumaguete qui est en face de l’hôtel où je loge. Je regarde donc les possibilités d’hébergements sur Siquijor. Sur Google maps on voit des hôtels pour tous les budgets. S’ils ne sont pas tous complets l’hébergement ne devrait donc pas être un problème.

Ceci terminé il est l’heure de déjeuner et aussi de profiter de l’extérieur. Après le repas je me rends au port. Il n’est jamais très simple de trouver les bons guichets pour les billets. Il y a le stand d’une compagnie qui affiche la destination Siquijor mais il est fermé. Une commerçante qui tient un étal à coté me dit que c’est fermé et qu’il faut maintenant aller au port pour acheter les billets. Le port est surveillé par des hommes armés et il faut montrer une pièce d’identité pour y entrer. J’ai pris une sacoche avec, entre autres, mes papiers et je peux sortir le sésame qui me permet d’entrer. Il y a deux compagnies qui assurent la liaison au départ de Dumaguete. Les prix par passager sont entre 140 et 170 Pisos et pour le vélo c’est entre 50 et 143 Pisos. Chaque compagnie a plusieurs départs par jour. La traversée est à un prix abordable dans tous les cas et je pense visiter Siquijor lorsque j’aurai vu ce qu’il y a à voir autour de Dumaguete. Le tour de l’île fait environ 85 kilomètres. C’est donc une petite ile mais elle est aussi un peu trop grande pour être visiter en une journée avec baignade et visites des points intéressants. Ceci reste à mettre au point sur place où je peux passer quelques jours. Il semble que l’on peut aussi y voir des tortues sur certaines plages.

Je fais ensuite le tour des deux ou trois choses qui sont éventuellement à voir à Dumaguete. Cela se limite au boulevard Rizal, à l’université Silliman (juste un parc avec le buste du mécène américain fondateur de cette université), Bell church (qui est fermée mais c’est un temple taoïste) et l’église Sainte Catherine d’Alexandrie.

Demain je vais essayer de partir assez tôt en direction du marché de Malatapay pour avoir éventuellement le temps d’aller aux chutes de Casaroro l’après-midi mais cela risque de faire beaucoup de kilomètres.

 

J42 - mercredi 20 février 2019 - Dumaguete – Malatapay – Casaroro - Dumaguete

Distance parcourue : 72,74 Km - Moyenne : 14,34 Km/h

Dénivelé montant : 847 m - Pente montante Maxi : 17 %

Dénivelé descendant : 847 m - Pente descendante Maxi : 17 %

Altitude départ : 6 m - Altitude arrivée : 6 m - Altitude Maxi : 647 m

Heure de réveil : 6h50 - Heure de départ : 8h20 - Heure d'arrivée : 17h50

https://www.bikemap.net/fr/r/4775954/#/z12/9.217753,123.25785/google_roadmap

Malgré un réveil à l’heure prévu je pars de l’hôtel à 8h20. C’est plus tard que ce que j’avais prévu mais je devrais quand même pouvoir visiter le marché de Malatapay et ensuite monter au chutes de Casaroro.

Je m’arrête à un Mac Do pour prendre mon petit déjeuner avec un plat de spaghettis. Ils ont un menu breakfast avec riz, poulet et café mais je préfère leurs spaghettis. La sauce est bonne et il y a quelques morceaux de saucisses avec.

Le parcours jusqu’à Malatapay est presque plat et le vent est favorable sur tout le trajet aller. Je n’ai pas encore utilisé le grand plateau depuis le départ de Manila mais ici je roule à 25 km/h alors c’est son jour. Je fais presque tout le trajet avec le grand plateau (42 dents seulement) mais pas sur les plus petits pignons.

J’arrive donc rapidement sur le marché du mercredi à Malatapay. Il est installé sur le petit tronçon de route qui relie la route principale « Negros South Road » au terminal de ferry de Malatapay (juste un petit ponton) mais il est impossible de le rater car il y a quelques stands au bord de la route principale et aussi beaucoup de véhicules stationnés sur le bord. Je pousse en vélo jusqu’au ponton en me faufilant à travers la foule qui occupe la rue. Je pose mon vélo à proximité du ponton et je commence à regarder les possibilités pour aller sur Apo. Il n’y a pas d’horaires de bateaux mais des prix pour toutes sortes de taxes (entrée, snorkelling, etc..). Ce n’est qu’un petit ilot et je l’aurais peut-être visité si cela avait été simple. Ce n’est pas le cas alors j’abandonne cette idée et je pars visiter le marché.

Sur le marché aux bestiaux qui est un peu à l’écart on trouve principalement de bovins (buffles et zébus) mais il y a aussi quelques chevaux et quelques porcs. Peut-être que j’arrive trop tard et qu’il y avait plus de variétés tôt ce matin. Sur le reste du marché on trouve un peu de tout (outils, cordes, artisanat, vêtements, mobilier artisanal en bambou, fruits, légumes, poissons, viande, miel, etc..). Il y a aussi beaucoup de restaurants pour nourrir et abreuver vendeurs et acheteurs. Je ne suis pas venu pour acheter mais je profite de l’occasion pour faire mes provisions de fruits. Je trouve des mangues à 60 Pisos le Kg ce qui est très peu cher. Le prix habituel se situe entre 100 et 140 voire 160 Pisos le Kg. Je trouve des petites bananes à 2 Pisos pièces. J’en prends 10 et la vendeuse en ajoute 2 gratuites. Il y a aussi des petits biscuits secs. J’en ai déjà acheté sur les marchés et ils me conviennent très bien. Ils sont un peu durs à croquer mais bons. Ils se transportent et se conservent très bien et coûtent 4 ou 5 Pisos le petit sachet. Je me laisse aussi tenter par un cornet de glace à 10 pisos et je me désaltère avec deux verres de fruits à l’eau à 10 Pisos le verre.

Je prends mon repas de midi dans un petit restaurant où je traine un peu car c’est à l’ombre et le soleil est bien présent aujourd’hui.

Je quitte le marché vers 13h30. J’ai le temps d’aller aux chutes mais je suis obligé de revenir en direction du Dumaguete sur presque tout le parcours que j’ai fait ce matin. Je ne pourrai bifurquer vers les chutes que 8 kilomètres avant l’hôtel. J’avais repéré une route jaune qui rejoint ma trace préparée à Valencia mais je prends à gauche une rue trop tôt. Je m’en rends compte mais la route que j’ai prise est très peu fréquentée et la carte numérique montre qu’elle conduit également à Valencia. L’itinéraire sera plus long et tortueux mais ce sera l’occasion de visiter un peu la campagne. La bonne route bétonnée cède rapidement la place à des chemins pas toujours très bons mais ils sont indiqués sur la carte numérique et je n’ai pas de problème pour rejoindre Valencia qui est à environ 200 mètres d’altitude. Après Valencia les pentes deviennent plus sérieuses. Il reste environ 6 kilomètres de route dont la moitié est entre 6 et 9% et les trois derniers kilomètres sont presque toujours à plus de 10% avec un passage à 17%. Je n’ai qu’une sacoche pas trop lourde aujourd’hui et je n’ai pas besoin de pousser le vélo.

Il faut inscrire son nom et sa nationalité sur un registre et payer 10 Pisos pour accéder au site des chutes. Ensuite c’est une longue descente qui commence par des escaliers en béton et se termine par des escaliers métalliques qui conduisent au niveau de la rivière. A partir d’ici il faut se débrouiller car il n’y a aucune indication. Avant la billetterie il y a des guides qui proposent leurs services moyennant 250 Pisos. Lorsque je suis arrivé il y avait un couple de français qui revenait des chutes. Ils m’ont expliqué qu’il fallait remonter la rivière et la traverser deux ou trois fois. Le début est assez évident car il y a quand même quelques traces des gens qui sont passés avant (rochers plus lisses ou humides avec des traces de pieds etc..). Plus haut cela l’est moins car tous ne traversent pas au même endroit et il faut choisir le meilleur parcours. Je ne fais pas le meilleur choix, je glisse sur une pierre et m’étale dans la rivière. Rien de grave mais je suis trempé et j’ai mon téléphone et mon argent dans mes poches. Je vérifie le tout, le téléphone fonctionne encore (merci Samsung pour les appareils étanches) et le porte-monnaie a protégé les billets. Quant à moi j’étais déjà trempé par la sueur et le plongeon dans la rivière n’a pas changé grand-chose. Les chutes ne sont plus très loin et j’y arrive après avoir fait un peu d’équilibre sur un tronc au-dessus de la rivière. La chute est haute avec un débit important et elle se jette dans un petit bassin. Je vais jusqu’au bassin au pied des chutes. Je n’ai pas l’intention de m’y baigner et je ne suis pas sûr que ce soit possible.

Il reste maintenant à prendre le chemin du retour. Une fois en haut des escaliers le plus difficile est fait. La route est presque toujours en descente et j’arrive rapidement à Dumaguete. La nuit va bientôt arriver mais j’ai le temps de dîner avant de rentrer à l’hôtel. Ceci m’évitera de ressortir ce soir et j’ai passé assez de temps dehors aujourd’hui.

 

Il reste les lacs jumeaux (altitude 900 mètres) à visiter autour de Dumaguete mais je pense remettre cela à plus tard et prendre le bateau pour Siquijor demain. Je repasserai obligatoirement à Dumaguete au retour il sera encore temps pour la visite des lacs jumeaux.

Ajouter un commentaire