Retour Manila - France

J84 - J085 - mercredi 03 avril 2019 et jeudi 04 avril 2019 – Vol TK85 (Manila - Istanbul)

La porte 108 d’où le vol Turkisk Airlines TK85 doit partir est à une huit minutes de marche des contrôles de sécurité (indiqué par les panneaux, je n’ai pas le réflex chronomètre). L’embarquement est censé débuter à 20h30 (décollage à 21h30) et j’y suis une heure avant. Je m'installe dans un coin tranquille ou il n'y a personne. Il n'y a toujours personne à 20h15 et ce n'est pas normal. Je me renseigne auprès d'une personne qui déplace des sièges. La porte a été changée et le vol embarque maintenant à la porte 110. Ceci doit être indiqué sur les panneaux d'affichage mais il n'y en pas où je suis. Les deux portes ne sont pas très éloignées et je suis rapidement à la porte 110. Après le contrôle de la carte d'embarquement et du passeport l'hôtesse me dit de m'installer dans la zone qui correspond au groupe C. Ceci semble bien organisé car les sièges sont placés de telle sorte que chaque groupe embarque dans l'ordre prévu. Ceci est théorique car beaucoup de gens restent assis lorsque l'embarquement commence et entrent dans l'avion après des groupes qu'ils auraient dû précéder. Ceci provoque les habituels et probablement inévitables embouteillages dans les couloirs de l'avion. Cette salle d'embarquement, et peut-être toutes les salles de ce terminal pourtant neuf, a la particularité de ne pas avoir de toilettes. Pour aller aux toilettes ou pour se restaurer ou acheter à boire il faut en ressortir en laissant sa carte d'embarquement contre un ticket avec un numéro qui permet de la récupérer au retour.

La porte n'ouvre que vers 21 heures et l'avion ne décolle qu'environ une heure après la fin de l'embarquement. Il est alors 23h29 alors que l'horaire initial prévoyait un décollage à 21h30. Le vol se passe bien et le premier repas est servi assez peu de temps après le décollage. Le deuxième repas est servi environ deux heures avant l'atterrissage. La durée totale du vol est de 13h02 et l'intervalle entre les deux repas est de plus de huit heures. Ceci permet donc d'avoir une vraie nuit de sommeil malgré une position nettement moins confortable que dans un lit.

L'arrivée à la porte de débarquement à Istanbul était prévue le jeudi 4 avril à 5h05. Nous y arrivons à 6h54 avec 1h49 minutes de retard. Le débarquement est assez rapide mais il est 7 heures passé de quelques minutes lorsque j'arrive dans le terminal. Ce retard n'est pas problématique pour moi. Cela réduit à environ 8 heures mon temps d'attente qui était initialement de 9h40. C'est probablement plus problématique pour ceux qui avaient un vol avec un temps de connection court. 

https://fr.flightaware.com/live/flight/THY85/history/20190403/1340Z/RPLL/LTBA

 

J085 - jeudi 04 avril 2019 – Courte visite d'Istanbul avec le programme "Touristanbul" de Turkish Airlines

Turkish Airlines propose une visite d'Istanbul aux passagers qui ont une connection d'une durée comprise entre 6 et 24 heures à Istanbul entre deux vols Turkish Airlines (il faut être arrivé à Istanbul avec un vol TK et en repartir également avec un autre vol TK). Ce programme s'appelle "Touristanbul". 

https://www.turkishairlines.com/tr-tr/ucak-bileti/ucus-deneyimi/touristanbul/

Le site Turkish Airlines n'explique pas vraiment où il faut se rendre pour bénéficier de cette visite. J'ai trouvé ce renseignement dans un commentaire sur Tripadvisor

https://www.tripadvisor.fr/Attraction_Review-g293974-d8799680-Reviews-Touristanbul-Istanbul.html

Ce lieu de départ va changer à partir du 12 avril 2019 puisque Turkish Airlines utilisera alors le nouvel aéroport d'Istanbul. Il n'y aura pas de visite d'istanbul entre le 6 et le 12 avril 2019 pour cause de transfert des vols Turkish Airlines de l'aéroport Ataturk (utilisé jusqu'au 6 avril 2019 à 2 heures du matin) vers1 Istanbul Airport (nouvel aéroport d'Istanbul) que Turkish Airlines utilisera à partir du 6 avril 2019 14 heures.

A l'aéroport Ataturk (jusqu'au 5 avril 2019 donc) c'est assez facile. Il faut sortir de l'aéroport en passant le contrôle des passeports. Les français sont exemptés de visa et il n'y a donc aucune autre formalité à faire que de présenter un passeport valide. La sortie de la zone arrivée ne donne pas directement sur l'extérieur. Une fois passée la porte marquée "exit" il faut prendre à droite et suivre la dernière allée jusqu'au bout. Il y a plusieurs guichets marqués "Turkish Airlines" mais ce n'est pas d'ici que part la visite gratuite proposée par cette compagnie aérienne. Le bon guichet se trouve presque au bout de l'allée. Il est marqué "hotel Desk" (il y en a aussi avant qui ont le même panneau mais ils proposent des visites individuelles payantes). Après ce guichet il n'y a que la sortie et un starbucks au fond sur la droite. Il suffit de demander pour participer à la visite "Touristanbul". La personne qui est ici demande la carte d'embarquement du vol suivant (le numéro du précédent y figure) qu'elle ne rend que juste avant le départ de la visite. Il faut normalement se présenter au moins 30 minutes avant le départ d'une visite. Avec le retard de mon vol j'y suis à 7h56 pour un départ de visite à 8h30. Des gens arrivent seulement 10 minutes avant le départ et ils sont acceptés quand même. Le bus n'est pas tout à fait plein et je pense qu'ils auraient accepté des gens même à la dernière minute. Mon vol suivant pour Lyon embarque à 13h30 pour un décollage à 14h30. Je ne peux donc que choisir la visite courte entre 8h30 et 11 heures. La visite suivante entre 9 heures et 15 heures est plus longue mais elle n'est pas compatible avec les horaires de mon vol.

Les horaires de la visite sont respectés. La guide nous conduit à 8h30 sonnantes vers le bus qui attend à l'extérieur à quelques dizaines de mètres. L'aéroport Ataturk est situé dans la ville d'Istanbul à proximité de la rive nord de la mer de Marmara. https://www.google.com/maps/place/A%C3%A9roport+international+Atat%C3%BCrk/@40.9719276,28.78228,12.71z/data=!4m5!3m4!1s0x14caa30b3442ca47:0xda51320c46e3abe!8m2!3d40.9829888!4d28.8104425

Le nouvel aéroport (Istanbul Airport ou "İstanbul Havalimanı, en turc") se trouve à environ 40 kilomètres au nord de l'aéroport Istanbul Ataturk. Il est situé non loin de la rive sud de la mer noire est à distance de la ville d'Istanbul.

https://www.google.com/maps/place/A%C3%A9roport+d'Istanbul/@41.2545081,28.710341,12.5z/data=!4m8!1m2!2m1!1zxLBzdGFuYnVsIEhhdmFsaW1hbsSx!3m4!1s0x409ffff60abc95a9:0x380ce02cc824e506!8m2!3d41.259899!4d28.7427334 

Le bus suit les rives de la mer de Marmara en longeant les murs de l'ancienne cité de Constantinople. La guide commence par souhaiter la bienvenue à tout le monde et prévient que la visite est courte et que chacun est libre de quitter le groupe s'il le souhaite. Pour ces éventuels "fugueurs" elle donne des informations sur les moyens existants pour rejoindre l'aéroport (Taxis, bus etc..). Elle précise même le nom de l'aéroport pour ceux qui ne le connaisse pas. Elle commente ensuite rapidement les monuments qui défilent à grande vitesse à droite et à gauche du bus. Le bus franchit ensuite le pont "Galata" qui enjambe la corne d'or, estuaire de deux rivières et port large et profond sur la mer de Marmara, qui relie la partie Européenne d'Istanbul avec la partie Asiatique de la ville. Il s'arrête sur la voie de droite au milieu du pont. La guide nous donne dix minutes de liberté ici. Nous pouvons descendre du bus pour faire des photos ou juste pour marcher un peu, regarder et prendre l'air. Ceux qui le souhaitent peuvent aussi rester dans le bus pendant les arrêts. La journée est belle mais il est encore tôt dans la matinée et l'air est un peu frais. Je n'ai cependant pas froid bien que je n'ai que des vêtements légers. 

Nous suivons ensuite la rive du détroit du Bosphore jusqu’au site "Dolmabahçe" (mosquée, tour de l'horloge, palais) où il y a un nouvel arrêt de 40 minutes. L'arrêt est trop court pour la visite du palais et du musée mais largement assez long pour voir les monuments de l'extérieur. Il y a aussi un restaurant et beaucoup de passagers y font une halte petit déjeuner. Ils acceptent les cartes de crédit mais j'ai changé un peu d'argent à l'aéroport de façon à pouvoir me restaurer pendant cette longue connection à Istanbul. Les commerces installés dans la zone de transit acceptent beaucoup de devises dont bien entendu l'Euro. Certains affichent même leurs prix en Lires Turcs et en Euros. Pour ceux qui ne quittent pas cette zone il n'est donc pas nécessaire de changer les Euros. Pour ceux qui, comme moi, prévoient de sortir de l'aéroport pour la visite il est préférable d'avoir des devises locales. Pour les petits achats c'est plus pratique et plus économique que la carte de crédit avec laquelle il y a un minimum de frais et cela représente un pourcentage d'autant plus important que les sommes sont faibles. Il est donc préférable de payer les sommes en dessous de 25 Euros avec des espèces plutôt qu'avec la carte.

Certains passagers sont en retard et l’arrêt dure finalement une bonne dizaine de minutes de plus que prévu. Le bus quitte ensuite rapidement les rives du détroit de Bosphore pour reprendre la direction de l’aéroport en traversant la « corne d’or » par le pont Ataturk.

Nous sommes de retour à l’aéroport Ataturk vers 11 heures comme prévu. Comme dans la plupart des aéroports les bagages sont contrôlés une première fois dès l’entrée. Il y a de grandes files d’attente devant tous les postes de contrôle et l’attente avant d’accéder à l’aéroport est d’une dizaine de minutes. J’ai encore beaucoup de temps avant le vol TK 1809 qui doit me ramener à Lyon. Il est l’heure de déjeuner et je m’installe dans un petit restaurant de sandwich.

 

 

J085 - jeudi 04 avril 2019 – Vol TK1809 (Istanbul - Lyon) et retour à la maison

Il faut ensuite passer l’immigration. Il y a encore beaucoup de monde mais aussi beaucoup de guichets et il y a juste un coup de tampon à mettre sur le passeport. C’est donc plutôt rapide avec juste quelques minutes dans la file d’attente.

Immédiatement après l’immigration il y a encore le contrôle des bagages. Ce contrôle est plus minutieux que celui de l’accès à l’aéroport et il y a également beaucoup de monde. Il est donc un peu plus long.

Lorsque j’arrive dans la zone de transit les numéros des portes qui sont affichés concernent les vols qui partent une heure et plus avant le mien. Je recherche donc un endroit confortable où m’installer. J’en trouve un avec des sièges rembourrés, peu de monde et à côté d’un panneau qui affiche les vols avec le numéro des portes d’embarquement. Le dernier vol qui a une porte attribuée décolle 45 minutes avant le mien. C’est long et je m’installe pour une petite sieste après avoir programmé la sonnerie du téléphone 40 minutes plus tard.

Lorsque je me réveille mon vol n’est pas encore sur le tableau mais le dernier qui y figure ne décolle que 5 minutes avant. Le vol TK 1809 apparait avec le numéro de la porte d’embarquement 10 minutes plus tard. Il est temps de prendre la direction de la porte 207. Les panneaux indiquent un parcours à pieds de 8 minutes.

L’attente n’est pas longue. Un premier contrôle des cartes d’embarquement et des passeports commence quelques minutes après mon arrivée. C’est un peu long pour certains passagers avec des passeports qui nécessitent des documents complémentaires pour entrer en France. Comme toutes les compagnies Turkish Airlines vérifie minutieusement que les passagers qu’elle transporte répondent aux conditions d’entrée dans le pays de destination finale.

Le bus ne tarde pas à arriver et nous conduit au pied de la passerelle d’accès à l’avion. Il n’ouvre pas les portes et nous attendons une bonne dizaine de minutes à l’intérieur avant de monter à bord de l’avion.

Le vol décolle a 15h29 avec 29 minutes de retard. Un repas est servi peu après le décollage du vol qui dure 3h35. Nous arrivons à Lyon avec un petit retard à 17h32 et le débarquement commence 6 minutes plus tard.

https://fr.flightaware.com/live/flight/THY1809/history/20190404/1200Z/LTBA/LFLL

Les bagages sont assez rapidement livrés sur le tapis. Lorsque le tapis s’arrête et que le panneau affiche « fin de la livraison » je n’ai récupéré que mon vélo sur le tapis des bagages encombrants. Les deux sacs qui contiennent mes sacoches ne sont pas là. De nombreux autres passagers attendent aussi leurs bagages. Un employé de l’aéroport vient dire qu’il n’y a plus de bagages à livrer pour ce vol. Je lui signale que je n’ai pas tous mes bagages et que je ne suis pas seul dans cette situation. Il me demande de vérifier s’il ne reste rien sur le tapis et aussi d’aller voir si mes sacs n’ont pas été livrés sur un autre tapis car il y a déjà eu des erreurs de livraison aujourd’hui.

Il est inutile que je vérifie sur ce tapis car j’ai surveillé tous les bagages qui y arrivaient. Je vérifie tous les autres tapis de livraison de bagages. Il n’y a rien qui ressemble à mes sacs. Lorsque je reviens le message « fin de livraison » a été remplacé par « livraison en cours » et le tapis tourne à nouveau. Mes sacs arrivent parmi les derniers mais j’ai enfin tous mes bagages. C’est mieux car cela m’évite de perdre du temps à chercher le guichet de Turkish Airlines pour signaler les bagages manquants.

Jean-Pierre M (mon ex beau-frère) a hébergé ma voiture à Villefranche sur Saône pendant la durée du voyage. Il vient me chercher avec la voiture et attend à proximité de l’aéroport. Je l’appelle pour lui dire que j’ai récupéré mes bagages. Il arrive rapidement à la dépose minute et nous prenons la direction de Villefranche sur Saône. Claude, son épouse, a préparé le diner et je déguste avec plaisir un excellent repas dans la tradition culinaire française. Merci à eux pour l’assistance et pour l’accueil.

Il me reste ensuite encore une bonne heure de route pour rentrer chez moi. J’arrive vers 23 heures. Il y a eu du soleil aujourd’hui et la maison est à une température agréable. Elle est restée sous la surveillance de Paul M (voisin) et tout est en ordre de marche. Merci à lui pour cette surveillance de longue durée.

 

Ajouter un commentaire